Edition 2019, retour sur les Rencontres du G21 ou comment contribuer tous ensemble à la mise en place d’une civilisation du vivant.

Le G21 Swisstainability Forum a été organisé chaque année en Suisse depuis 2011. En huit éditions, il a pu accueillir des orateurs internationaux de haut niveau et un grand nombre de participants venus de toute la Suisse et au-delà. Au fil du temps, cet événement s’est imposé comme une manifestation de référence en francophonie pour échanger et comprendre les différents enjeux de la transition écologique dans les principaux domaines économiques et sociétaux : énergie / finances / construction/ flux des matières / gouvernances / villes et société civile / mobilité / tourisme / digitalisation / biodiversité ont par exemple été abordés année après année. En explorant chacun de ces thèmes, ce forum a également mis en lumière les pionniers et porteurs de solutions pour le futur.

Au fil des éditions, le G21 Swisstainability Forum a vécu une mutation profonde. En effet, en mettant en place cet événement, nous avions avec l’association NiceFuture, d’une certaine manière, le rôle du chef d’orchestre écologique. Intégrer la majeur partie des acteurs – soit les institutions, les entreprises petites et grandes, les pionniers, les penseurs, les makers – nous a demandé de comprendre en profondeur les enjeux liés, les visions de chacun et chacune des parties prenantes mais encore les problèmes et espoirs des acteurs et les chemins à parcourir ensemble.Ce regard transversal mais aussi global n’a pas été un petit challenge et nous a littéralement transformé. Ce rôle nous a appris beaucoup, nous a amené à rencontrer tellement de personnes, à entrer dans un nombre de regards impressionnants et nous a mené vers des personnes extraordinaires. Nous avons rêvés, pleurés, éprouvés, espérés, analysés, synthétisés.

Après ces huit années, nous avons pris conscience des limites et de la force de ces réunions. Entretenir le dialogue, faire se rencontrer tous les acteurs de manière transversale, sortir de nos cases, montrer les solutions et les pionniers nous semblent encore et toujours essentiel. Mais l’expérience collective que nous proposions dans cet événement sous forme de conférence nous semble obsolète. Lors de l’édition 2019 nous avons fait l’expérience collective de partage de connaissances, celle-ci nous a convaincus que nous ouvrons un nouveau modèle de co-création.En visant avec le G21 et ses thèmes la mise en place d’une civilisation du vivant qui s’intéresse non pas à la durabilité mais à faire émerger plus de diversité, plus de vie, plus de régénération, nous pensons que nous pouvons réellement proposer une dynamique forte et exemplaire.C’est ce que nous avons exploré cette année à petite échelle.

Ce fut un véritable succès. Pas le genre de succès qui gargarise l’égo, non. Le vrai succès, celui qui nous relie, nous rapproche, nous permet de dépasser nos croyances, de nous transformer ensemble et de réellement faire de la rencontre de nos savoirs une source d’enrichissement sur laquelle nous appuyer pour prendre soin de la vie et construire ensemble.Vous pouvez vous en faire une idée dans les vidéos ci-dessous.

A la suite de cette édition expérimentale et magnifique, nous voulons pour 2020 proposer à nouveau une grande édition du G21 sur le modèle de cette année.

L’idée : Proposer par groupe de 20 à 30 personnes, autour d’une dizaine de thèmes, de vivre deux jours de travail basés sur la méthode du NiceLab dans des lieux lié à la nature et à la thématique. Au sein d’un centre de conventions, à la suite de ces travaux collectifs, une demi-journée de forum de partage et de synthèse sera organisé.

Prévu en juin 2020 les Rencontres du G21 toucheront  tous les thèmes usuels (gouvernance, économie régénératrice, biodiversité)

Qu’en dites-vous ? Êtes-vous partant pour cette aventure commune ? Quels sont les thèmes que vous voudriez aborder et/ou auxquels vous voudriez participer ?

 

Un nouveau format pour le G21 Swisstainability Forum, rebaptisé les rencontres du G21 !

À travers cet événement, nous sommes à la naissance du monde de demain. Avec les acteurs pionniers de la transition écologique et tous ceux qui se sentent portés par cette vision, accompagnés par trois leaders de tribus indigènes d’Amazonie, ouvrons le chemin.

 

Pourquoi inviter les peuples premiers ?

  • Retrouver notre lien avec le vivant

Selon Michel Serres, célèbre philosophe et historien, c’est la notion d’environnement le fond du problème, car l’environnement sous-entend que l’homme est entouré d’un monde vivant. En nous considérant à l’extérieur du monde vivant, notre civilisation s’est détachée de la nature.

Il y a une prise de conscience dans notre société que nous devons retrouver l’harmonie avec ce monde vivant, afin de cohabiter tous ensemble sur une planète généreuse mais aux ressources limitées.

Alors que nous constatons maintenant cette nécessité, les tribus indigènes d’Amazonie, elles entretiennent une relation quasi symbiotique avec la nature qui les entoure. On les appelle les gardiens de la forêt, ils considèrent les arbres comme faisant partie de leur famille et en luttant pour la sauvegarde de leur territoire, ils sont le dernier rempart des poumons de notre planète.

  • Sortir de notre cadre

 

Durant les rencontres du G21, nous pouvons compter sur la présence des leaders de trois tribus indigènes d’Amazonie. Ils nous accompagneront dans nos réflexions sur notre quête d’équilibre dans l’utilisation de nos ressources. Ce lien exceptionnel qu’ils entretiennent avec la Terre, nous aidera à sortir de notre fonctionnement et de nos conceptions usuelles, pour nous ouvrir à d’autres modes de pensées.

carmen-fankhauser-almir-surui-barbara-steudler-g21